Nouveautés

Soyez prêts pour les abus durant les Fêtes!

lendemain_de_veille

Orme rouge Biologique

Comme la majorité des écorces, celle de l’orme a servi d’aliment de subsistance, et nombreux sont les explorateurs qui ont affirmé lui devoir la vie. Idem pour les Amérindiens qui la consommaient en période de disette. C’est l’écorce intérieure que l’on consomme. Réduite en poudre, elle est hautement nutritive, notamment parce qu’elle est riche en amidon. Traditionnellement, on en préparait une sorte de gruau, qui offrait l’avantage d’allier ses qualités nutritives à ses vertus médicinales. On le servait comme nourriture aux bébés, aux convalescents, aux vieillards et à tous ceux qui souffraient de troubles gastriques. Ceux, notamment, qui avaient trop et mal mangé durant la période des Fêtes et dont l’estomac ne cessait de rechigner malgré un retour à de saines habitudes alimentaires…

pastilles-maux-de-gorge-maison-250x212images06KJS05G

PREPARATION 

Ébouillanter 2 à 3 c. à thé de poudre d’orme rouge avec 250 ml d’eau, de jus ou de bouillon. Bien mélanger, ne pas tamiser.

INDICATIONS 

Système digestif : Vomissement, nausée, constipation, diarrhée, colique, hyperacidité gastrique, irritation gastrique, irritation intestinale, maladie de Crohn, gastroentérite, colite, ulcère gastrique

Système respiratoire : Amygdalite, laryngite, pharyngite, coqueluche

POSOLOGIE

Boire 1 à 3 tasses par jour, au besoin.

Débuter avec de petites doses pour s’assurer de la tolérance aux plantes.

Lors d’un traitement à long terme, donner à raison de 6 jours sur 7.

MODE D’ACTION 

L’orme rouge est une plante douce et nutritive qu’on emploie pour traiter les troubles digestifs, particulièrement chez les jeunes enfants. L’orme rouge contient des mucilages qui lui confèrent

ses propriétés adoucissantes et émollientes : des hydrates de carbone, des tanins (effet astringent), des coumarines, de l’amidon, des protéines, des phytostérols, du calcium. L’orme rouge peut servir d’aliment lorsqu’on a peine à nourrir un malade, en reprise alimentaire suite à un jeûne, après une gastroentérite, après une opération, en convalescence.

USAGES TRADITIONNELS 

Les Amérindiens en ont fait un usage important, en interne et en externe, principalement pour des troubles digestifs et pour soigner la peau irritée. Les Dakota, Omaha, Pawnee et Winnebago l’employaient en infusion comme laxatif. Les Michigan mettaient de l’orme rouge sur les plaies profondes pour éviter qu’elles ne ferment trop vite. Les Potawatomi l’appliquaient sur les clous et les inflammations des yeux. Les Ojibwa et les Mohegan mâchaient l’écorce pour soigner les maux de gorge. Les Cherokee l’utilisaient pour traiter les troubles intestinaux, la dysenterie, les brûlures d’estomac, les brûlures, les blessures, les yeux irrités, les rhumes, la congestion, la toux.

– Tiens donc, vous étiez là, vous ! Vous faites plutôt preuve de discrétion aujourd’hui ! On ne vous entend pas fort.

– C’est que les Fêtes ont été pas mal dures sur le système….

– Tenez, buvez cette décoction !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s